Nuage d'histoires !







De: Arakiell (Signée)Date: 28/01/2018 2:50 – sur le: Prologue : Jeux du Destin

Bonsoir Fumiko,

 

A mon humble avis, c'est une lecture bien complexe que tu proposes à tes lecteurs. Tu possèdes un vocabulaire assez riche et varié, mais dans l'ensemble, tes phrases mériteraient d'être allégées afin de les rendre plus attrayantes.

Plus courtes, elles seraient beaucoup plus percutantes. Dès le début d'un récit, il faut savoir entrainer le lecteur dans son monde et si l'auteur ne le rend pas accessible, il ne parviendra pas au but escompté, voici pourquoi il faut penser à se mettre à la place de celui qui va lire.

L'emploi du pronom "qui" est beaucoup utilisé également, ce qui rallonge la phrase et lui fait perdre tous ses moyens. Du coup, la pauvre ne parvient plus à véhiculer les idées et ressentis qu'elles prévoyaient de présenter aux lecteurs.

La longueur des paragraphes compte aussi. Lire sur un écran d'ordinateur n'est guère aisé. Ce n'est pas comme un livre, cela requiert plus d'attention, c'est pourquoi, il est important de faire attention à ce genre de détails.

Sinon, l'histoire en elle-même parait prometteuse et les rebondissements le seront tout autant j'imagine. Cependant, pense à prévoir des plages de repos dans ton récit. Cela reste indispensable afin de ne pas décourager la lecture.

Bien différencier les dialogues du récit est aussi un gage de bonne présentation. Les disdacalies qui suivent certains dialogues ne devraient pas être trop longues, mais tu peux ajouter quelques précisions dans le texte cette fois.

Exemple :  

"- Mais qu’est-ce qu’il se passe, à la fin ?! Bordel ! ‘’ Jura Marie Beauchemin, qui en dépit de son attitude qu’elle tentait de maintenir derrière un masque de sang-froid et de témérité, laissait reflétée son appréhension et son incompréhension face à quelque chose d’aussi soudain et anormale qui arrivait durant une journée pourtant comme les autres dans la prison pour mineurs."

En fait, tu pourrais présenter le dialogue ainsi :

"Mais que se passe ici, bordel ? jura Marie Beauchemin.

Tu t'arrêtes ici pour la didascalie, tu sautes deux lignes et tu reprends ton récit :

"En dépit de son attitude, elle tentait, derrière un masque de sang froid, de faire preuve  d'une certaine témérité. Son incompréhension était totale. Cela aurait du être une journée banale et tristement ordinaire dans cette prison pour mineurs, pourtant, les évènements en avaient décidé autrement."

A travers cet exemple, j'ai souhaité te faire comprendre combien des phrases allégées, courtes, concises, avaient pour rôles de faire passer leurs messages d'une bien meilleure façon.

J'espère ne pas avoir été trop intrusive dans ton travail d'auteur...

Mis à part cela, je pense que tu possèdes deux outils indispensables pour un écrivain :

  -   la passion, et un vocabulaire fourni.

C'est essentiel !  Je te souhaite donc une très belle continuation dans  ton travail et t'encourage à persévérer. Bon courage.

Cordialement.

Arakïell

 

 

Vous devez se connecter (s"inscrire) pour laisser un commentaire.