Nuage d'histoires !







De: Arakiell (Signée)Date: 13/02/2017 19:53 – sur le: chapitre 1 : Mon sang aux mains du mal

Neuf années ? je suis admirative Ol Shin par ton abnégation et ta force, car il en faut de la détermination pour mener à terme un tel projet.

Alors, j'ai commencé par ton prologue.

Cela m'a ramené sur les Terres du Milieu du monde de Tolkien (Hobbit, Le Seigneur des Anneaux...), et j'ai visualisé la naissance de ce monde comme celui d'Arda, le monde créé par Illùvatar le Dieu suprême.

Il y a beaucoup de détails dans tes descriptions. Dans l'ensemble, le portrait de cette terre toute jeune et nouvellement habitée par les créatures que la déèsse a imaginé, est bien brossé.

Cependant, les fautes d'orthographes représentent bien des écueils qui risquent de freiner la lecture. Il serait bon de revoir cela. Si tu possèdes un correcteur Word, ce serait l'idéal.

Rassure-toi, tu n'es pas le seul à faire des fautes. Moi-même j'en fais. Après, des fautes d'inattention peuvent se glisser dans le texte, mais ici, il y en a beaucoup trop, aussi je te conseille fortement d'essayer d'y remédier.

Par contre, tu possèdes ce qui est essentiel pour un auteur : L'imagination !

Et cela ne se trouve dans aucun dictionnaire ! Alors, mis à part ce côté technique, ton histoire a du potentiel.

Venons-en, à présent, à ton premier chapitre.

Jamais il ne me viendrait à l'esprit de "casser" un auteur. je connais trop les difficultés de l'écriture pour avoir une telle attitude, alors je vais plutôt tenter de te proposer des conseils.

Déjà, le premier, serait d'aérer ton écriture. Un gros pavé serré comme tu l'a présenté, peut décourager d'éventuels lecteurs.

Ecris des petits paragraphes de quatre à cinq lignes, espacés de quelques interlignes. Déjà, la vue d'ensemble sera, visuellement plus agréable, et la lecture s'en trouvera aisée.

Les noms propres de ton récit doivent, impérativement commencer par une majuscule. La forêt d'arcane..Arcane. N'est-ce pas plus respectueux ?

Tu t'es tellement investit dans ce récit qu'apposer une majuscule sur un nom de ta création lui rendra tous les honneurs.

L'emploi des temps de conjugaison doit également, cadrer avec l'action. Un exemple, "Après avoir franchis les hauts arbres la forêt devenait de plus en plus silencieuse et inquiétante."

Alors, dans cette phrase, à mon humble avis, si je devais la reprendre, j'utiliserai le passé simple pour le second verbe : "Après avoir franchi les hauts arbres, la forêt devint de plus en plus silencieuse et inquiétante."

Pense à la ponctuation. Si tu lis les phrases à voix haute, cela te donne une indication de l'endroit où tu dois poser ta ponctuation. Ici, la virgule marque un temps de repos avant de préciser ce qui découle du passage de la personne dans la forêt.

C'est un peu long à l'explication, mais en prenant pour exemple cette phrase, tu devrais pouvoir l'appliquer sur l'ensemble de ton chapitre.

Il est important de garder à l'esprit que ton travail mérite sans cesse d'être amélioré. Comme je l'écris très souvent, ecrire, c'est aussi réécrire.

Le ré est primordial ! Il ne faut pas hésiter à reprendre certaines phrases, voire certains passages de ton récit afin d'améliorer le confort de lecture, d'ajouter des précisions que tu aurais pu oublier...bref, l'écriture se remanie sans cesse.

Elle est vivante et les mots ne demandent qu'à mieux s'agencer pour plaire au lecteur/trice.

Un autre point. Parfois, l'on utilise un mot, alors qu'un autre aurait été mieux adapté. Exemple : "Je levais mon regard vers le ciel bleu, et le soleil extrêmement lumineux et réchauffant." Le mot "réchauffant", même si l'on comprends qu'il s'agit de la chaleur du soleil, est, ici, disgrâcieux.

Tu pourrais remanier la phrase, comme suit : "Je levai les yeux vers le ciel. Il était d'un bleu limpide, alors qu'un soleil lumineux dispensait une douce chaleur."  Plus simple : "Je levai les yeux vers un ciel bleuté où brillait un soleil lumineux."

La lecture est la source vive pour tout auteur, car il va se nourrir du vocabulaire, de la syntaxe, de l'agencement des phrases, parmi les écrits des autres auteurs.

A force de lecture, l'on retient tout ceci et l'on apprend les mécanismes. Je parle surtout, lorsqu'on écrit seul, sans prendre part à un atelier d'écriture. Bref, en autodidacte.

Au final, la réussite est valorisante parce que tu t'es donné du mal pour y parvenir.

"les arbres dansaient d'allégresse..." autre phrase où le mot "dansaient" n'y a peut-être pas sa place.  L'on peut dire, qu'un arbre a ses feuilles qui ondulent sous le vent, qui frémissent sous la caresse du vent, que ses branchages sont secoués par le vent, mais le verbe "danser", ne convient pas trop, à mon avis, à moins qu'ils ne soient des "Ents", comme dans le Seigneur des Anneaux (ces arbres ont une vie propres).

Il faut faire atttention aussi aux répétitions. Pour cela, un outil très pratique : le dictionnaire des synonymes. Ca, c'est presque la Bible de l'écrivain !

"En courant je faisais des slaloms entre les arbres, pour forçaient les cavaliers à redresser leurs caps."

Ici, le mot slaloms est un anachronisme. Dans un récit d'Heroic Fantasy, ces mots plus adaptés à notre vocabulaire usuel, ne conviennent pas. "Je me faufilai entre les arbres, afin de forçer les cavaliers à mieux maîtriser leurs montures."

Lorsque les deux cavaliers mettent pieds à terre pour s'emparer du héros, les temps de conjugaison ne mettent pas l'action en valeur. Il y a un décalage. Tu utilises, à la fois, l'imparfait, et le passé simple. Je pense que, comme il s'agit de la narration d'un rêve, le mieux serait de conserver l'emploi de l'imparfait.

L'imparfait est utilisé pour une action passé, qui a duré et qui est terminée.

Le passé simple est utilisé comme temps de narration pour une action ponctuelle qui s'est déroulée dans le passé.

Comme il s'agit d'un rêve, et comme tout rêve, il se termine, l'imparfait serait plus indiqué. Ensuite, tu peux reprendre l'emploi du passé simple. Par contre, je ne sais pas s'il était judicieux de couper l'histoire du rêve, car cela fait étrange d'arrêter un chapitre en pleine narration...a voir.

Ou alors, termine avec l'emploi du passé simple pour faire durer le suspens :

"En me retournant, je fus pétrifié par ce que je vis...". Après, c'est à toi de voir.

Voilà, j'ai essayé de te donner quelques conseils, mais à mon avis, le plus important serait de revoir l'orthographe et de corriger un maximum de fautes. N'oublie pas que pas mal de lecteurs se découragent vite lors d'une lecture où il en figure beaucoup. Il faut vraiment faire un effort.

J'espère ne point t'avoir froissé. Je sais qu'il est délicat de "discuter" sur le travail d'un auteur, mais c'est pour mettre en évidence ce qui doit être modifier. Rien de plus.

Je te souhaite beaucoup de courage. Je viendrai lire la suite de ton récit en espérant que tu parviendras à l'arranger au mieux. Si tu as besoin d'aide, n'hésite pas.

Belle continuation dans ton écriture.

Cordialement

Arakïell



Réponse de l'auteur:

merci infiniment pour vos conseils, ils sont très précieux à mes yeux. Mais honnettement ce n'est pas facile la langue française. a la base cette légende ou plutot mon histoire je l'avais écrite en espagnol. car leurs conjugaison mais aussi leurs orthographe est plus simple. je manque aussi de vocabulaire c'est vrai mais je vais essayer de m'améliorer. mon imagination certe elle est debordante, mais parfois fragile. je m'explique, à la base je ne savais pas écrire des peripéties, je ne fesais que des descriptions detailés sur des personnages, sur les différentes créatures de l'univers d'Orézénore en soit je ne savais pas écrire une histoire avec des intrigue, des rebondisement ect... Mais sa me fait chaud au coeur de savoir que vous m'apporter des conseils, malgré que je sois un débutant merci du fond du coeur( pour infos les arbres de la foret d'Arcane sont vivant on les appels les ilman dans la langue Orézénorienne ce sont des êtres sacré rempli de Na). ce qui est difficile aussi a expliquer en même temps qu'il faut savoir gerer les temps ces les détails de tout l'univers. expliquer le Na, les différentes voies, le murmure du vent, les portés du vent, la langue aussi, les créatures, les villes, les propheties et pleins d'autres choses.

Vous devez se connecter (s"inscrire) pour laisser un commentaire.