Nuage d'histoires !







De: Arakiell (Signée)Date: 03/02/2017 1:20 – sur le: UN PETIT TOUR DANS LE GARD

Encore une fois, vous lire fut plaisant et instructif. Ah...la méthode Al Capone ! En effet, elle a encore de beaux jours devant elle !

Les prostituées ont, très souvent, fourni d'excellents "tuyaux" à la Gendarmerie ou la Police, lesquels ont permis d'élucider certaines affaires. Il est vrai, que les contrats verbaux, comme vous les nommez, rendaient bien des services pour les avancées des enquêtes en cours.

Tous ces moments décrits avec soin, dans ce texte, l'arrestation des braqueurs, les gardes à vues...doivent marquer dans une vie, je suppose. Votre texte en fait une parfaite démonstration. J'ai beaucoup apprécié, également, le fait que les personnels des deux grandes maisons un peu rivales j'imagine, se serrent les coudes dans le cadre d'une enquête difficile. Toutes ces descriptions nous montre combien votre métier n'a pas été facile et de tout repos. Merci à vous, de nous faire profiter de ce précieux témoignage.

Pour ma part, je ne manquerai pas de finir de lire les chapitres restant, en espérant qu'il y en aura d'autres.

Cordialement.

De: Arakiell (Signée)Date: 03/02/2017 0:49 – sur le: AVANT LA GENDARMERIE

J'ai dévoré ce chapitre avec un grand intérêt. Bien des commencements sont difficiles, mais c'est pour mieux en apprécier les avancées par la suite, faut-il croire ! Que ce soit lors de votre service militaire, ou du passage de vos concours, c'est à ces moments précis qu'est née cette détermination qui semble vous caractériser. C'est ce qui ressort, du moins, à la lecture de votre texte.

J'ai toujours pensé qu' un récit autobiographique ne devait pas être aussi évident qu'il y paraissait, à écrire. Pourtant, à vous lire, l'on penserait que l'exercice a été si facile...

Pour la lectrice que je suis, c'est un plus indéniable que j'apprécie beaucoup. Moi-même qui écrit, je suis admirative. De plus, l'on devine une grande facilité à manier le verbe. Je ne peux  que vous féliciter. Je lirai la suite de vos chapitres avec la même attention.

De: Arakiell (Signée)Date: 02/02/2017 23:39 – sur le: LA GENDARMERIE SE MEURT

Je n'étais pas consciente d'une telle rivalité entre la Police et la Gendarmerie ! Tant de jalousies m'ont étonnées. Apparemment, cela ne semble pas s'arranger avec le temps. Ainsi votre métier était vécu presque comme un sacerdoce pour vous...dévoué pour cette cause mais jamais récompensé à sa juste valeur. Comme c'est dommage. Nous, le public, ne pouvions imaginer cela. Oui, l’affaire de la prise d'otage sur le tarmac de l'aéroport de Marignane, et surtout son dénouement, a été une brillante démonstration des capacités de ce corps d’élite. Elle avait frappé les esprits et le courage du GIGN, était à souligner, car enfin, il fallait oser foncer à l'aveugle face à un tel danger. Ces hommes sont formés pour cela, certes, mais enfin, il est bon, de temps à autre, de se souvenir combien certains sont prêts à offrir leurs vies pour accomplir leurs devoirs quand d'autres ont tendance à l’oublier l’oublier, mais se permettent d’apposer un jugement sur les faits.

Le contact avec la population ne doit pas être évident, j'en conviens. Les contrôles de plus en plus fréquents sur les routes, ne sont pas faits pour vous faire aimer auprès du public, et pourtant, vous effectuez votre devoir.

Ainsi, la plupart des personnels qui arrivent au bureau manquent de motivation ? Je pensais, naïvement qu’on entrait dans la Gendarmerie comme on entre chez les pompiers, avec pour seul but, le fait d’accomplir une « mission » auprès de la population. Vu de l’autre côté du miroir, il semblerait que cela ne soit plus le cas.

Je ne me doutais pas le moins du monde, des lamentables conditions de travail qu’étaient les vôtres. Comment peut-on assurer la sécurité de la population civile avec des moyens si désuets ?

Vous avez parfaitement raison. Comment tous ces politiciens peuvent-ils, un seul instant comprendre le peuple vivant au pied du mont Olympe où ils ont élu domicile ? Il serait bon, de temps à autre, de leur rendre la vue.

Ceci dit, les grands chefs de l’Armée n’ont rien à leur envier.

 

Vous soulevez aussi un point important de la vie de gendarme : les nombreuses mutations que les familles doivent s’engager à suivre. Ce doit être pénible de devoir quitter un endroit où l’on commençait à se plaire. Changement de régions, d’habitations, d’écoles pour les enfants, de vie en somme…très difficile j’imagine.

 

Je constate votre détermination à revendiquer, haut et fort, votre statut de militaire bien avant celui de flic. Ceci m’interpelle. Oserais-je vous demander pourquoi ? Que représente donc le fait de se sentir militaire avant toute chose ? Vu de ma petite fenêtre, j’avoue que cette affirmation m’a interpellée. Est-ce dû à ce passé prestigieux compté dans les livres d’histoires ?

En tous les cas, il est une chose qui, en vous lisant, est omniprésente dans votre texte, c’est l’amour de votre métier et le respect que vous lui portez malgré les difficiles conditions de son exercice.

C’est une belle leçon donnée pour les générations d’aujourd’hui. Une façon de mettre certaines valeurs essentielles en relief. Merci à vous de nous en faire souvenance.

 

De: Arakiell (Signée)Date: 30/01/2017 22:42 – sur le: LE DEBUT DE LA FIN

Bonsoir Patrick 33

 

J'avoue avoir été attirée par le titre, peu commun, de votre texte. Cela m'a fait penser à une réplique de Michel Audiard que vous avez cité en préface de votre récit autobiographique. (Très belle citation d'ailleurs tout comme celle de Louis Aragon.).

Il est toujours courageux, (du moins est-ce ainsi que je vois la chose), de prendre la plume afin de confier, à son lectorat, et par le biais de l'écriture, une partie de sa vie.

L'on entre, en y étant invité, dans une existence faite de joies, de peines, de bons et de mauvais moments et l'on se dit combien la vie de chacun semble bien plus complexe qu'il n'y parait.

Aucun indice ne laisse présager de ce que sera notre propre existence. Une bonne, une mauvaise étoile à la naissance...comment le déterminer, d'ailleurs. C'est la façon de vivre les évènements, de contourner les obstacles et de tenter de faire au mieux qui forgera un être humain.

Comment ne pas être touché par ce que vous avez vécu ? Le destin parfois s'acharne à imposer ses lois quand nous souhaiterions qu'elles s'assouplissent. Mais il en est ainsi. Votre courage et détermination sont tout à votre honneur, et j'ai hâte de commencer à lire les autres chapitres que vous avez écrits. Votre carrière semble avoir été bien remplie, et vous possédez une très jolie plume pour nous en faire le récit. Merci à vous d'en faire profiter la lectrice que je suis.

De: suratlentique (Signée)Date: 30/01/2017 19:44 – sur le: PREFACE

votre titre est assez désopilant, je trouve. j'espère de tout coeur que vvous aurez bientot de croustiallantes annecdotes à nous raconter sur votre vie policière.

Vous devez se connecter (s"inscrire) pour laisser un commentaire.