Nuage d'histoires !







Commentaires pour Croire en Dieu
De: suratlentique (Signée)Date: 12/05/2017 11:09 – sur le: Chapitre 1

et évidemment, Arakiell était passée avant moi! pffff

De: suratlentique (Signée)Date: 12/05/2017 11:08 – sur le: Chapitre 1

oooooh! quel beau chapitre! avec une introduction, un argument, une conclusion amenant sur une morale! en mon sens, si dieu ne s'occupe pas de nous, pourquoi s'occuper de lui ? après, voilà, chacun ses opinions. j'espère que tu ne t'arrêteras pas en si bon chemin.

De: Arakiell (Signée)Date: 11/02/2017 1:49 – sur le: Chapitre 1

Bonsoir Shizuma,

C'est une question existentielle que tu poses à ton lectorat ici !

Y répondre relève de l'impossible, tant il y aurait de possibles explications, mais enfin, je peux tenter quelques réponses. La notion de "croire" n'est sans doute pas adaptée à la religion, je préfèrerai "accepter l’idée de …". L'acceptation est déjà une soumission en soi. Est-ce ainsi que l'on doit entrevoir une "croyance", terme relié au mot "titre" de ton texte ?

Cela parait compliqué, et pourtant, la réponse se trouve en chacun de nous. Réponse bateau pourrait me rétorquer certains, mais bien plus claire qu'il n'y parait. Et si, le plus simplement du monde, l'on s'offrait le choix ? Cela simplifierait bien des choses et éviterait bien des conflits.

Croire quelqu'un sur parole c'est accorder du crédit à ses dires, à ses agissements, à ses prédictions, or, pour toi, cela n'est pas le cas. Beaucoup penses comme toi. Est-ce condamnable ? Pas que je sache. La liberté de pensée est l'un des principes fondamentaux du genre humain. Que l'on puisse accepter ce fait, lui rend justice et permet à chacun d'agencer ses pensées comme il en a envie, sans avoir à utiliser les terribles rouages de la force pour y parvenir. C’est là où le Mal se retrouve.

 « Mais j’ai tout de même utiliser cette notion de croire. » Par l’intermédiaire de cette phrase, tu as ouvert une porte, ce qui démontre combien ton esprit reste disponible à toutes explications.

Aucune religion n’est nuisible, ce sont leurs mauvaises utilisations qui le sont, c’est tout. A partir de là, nous nous trouvons disposés, ou pas, à « croire », selon l’expression consacrée.

Nous ne sommes personne pour l’affirmer. Être sceptique est, une nouvelle fois, humain. Qui serait en droit de prouver ? Personne, donc le doute demeure présent et c’est normal. C’est le contraire qui serait étonnant.

« N’est-ce pas abject de croire ? » Ce mot est un peu fort…non ? Laissons croire ceux qui en ont besoin, mais ne condamnons pas ce qui ont choisi de ne point y croire et le monde se portera bien mieux.

La question se pose en chacun de nous à divers moments de notre vie. A chacun d’y trouver la réponse de son choix.

Je te cite : « Pour Dieu, il serait préférable de dire que nous pensons qu’il existe car se contenter de croire reviendrait à espérer ce qui pourrait en conclure un échec. » J’avoue ne pas comprendre où tu veux en venir. Bien des idées s’entremêlent et altèrent le sens de cette phrase, mais enfin, je crois deviner, (si je ne me trompe pas), qu’il serait plus judicieux de penser par soi-même que de « croire », sans avoir son libre arbitre…est-ce ce que tu souhaitais démontrer ?

Ta conclusion : « Ne croyons pas, pensons. », tendrait à appuyer mon avis plus haut. Il serait préférable de penser librement à tout ceci au lieu de « croire », sans y réfléchir un instant.

J’espère avoir répondu à ces interrogations. Pour conclure, je dirais qu’une croyance n’est profitable que si elle est dispensée pour le bien de tous en offrant la liberté de choix, sans y apposer de contraintes dans ses préceptes. Cette croyance-là existe-t-elle ? Le doute s’installe en moi…

Belle continuation dans ton écriture très philosophique.

Vous devez se connecter (s"inscrire) pour laisser un commentaire.