Nuage d'histoires !







Commentaires pour Je l'aime tant!
De: Arakiell (Signée)Date: 05/06/2017 0:44 – sur le: Chapitre 1

Bonsoir Marc 76

Nouveau texte, nouveau commentaire :)

Le contexte est particulier pour ce texte-ci. Il s'agit d'un hopital, un homme qui vient d'avoir un accident et son épouse plongée dans un coma artificiel.

Apparemment l'homme a perdu la mémoire...

C'est très étrange mais la première question qu'il se pose en rendant visite à sa femme en réanimation c'est : "Combien de fois par semaine une femme de ce genre là pouvait faire l'amour?".

Cela semble le perturber plus que de raison. Alors comme ça, le sac d'une femme serait remplit d'innutilité ? Pourtant nous y trouvons, croyez-moi sur parole, l'essentiel et le superflu à la fois ce qui représente également la femme si nous cherchons une explication plus psychanalytique sur la question :)

La révélation que va lui faire son fils, va chambouler cet homme. Je trouve surprenant le fait de vouloir louer une chambre d'hotel faisant face à la chambre d'hopital de sa femme...

Sa quête pour tenter de retrouver une parcelle d'explication quant à son passé est omniprésente chez lui. Sa visite chez le commissaire de police en est la preuve flagrante.

Puis, vient ce moment, terrible où il apprend qu'un homme rend visite à sa femme. là, le doute n'est plus permis, il s'agit de son amant. Là encore, étrange sensation...il l'espionne, se demande si elle couchait avec cet homme, si elle était un bon coup...

Ce mélange de curiosité malsaine et de provocation dans ses propos déplacés fait qu'il est troublé par son épouse mais qu'il ne souhaite se l'avouer.

Elle l'intrigue pas mal tout de même, un peu comme si il voulait compléter un puzzle laissé à l'abandon. Un entretien est inévitable avec lui et là aussi il apprend que sa femme a menti à cet homme.

Lucie semble avoir bien des mystères à cacher l'on dirait. Bref, l'amant disparait du paysage.

La prochaine scène est assez rude, à mon humble avis. Cette prostituée qu'il fait venir à l'hotel et qu'il "pilonne" contre la fenêtre de sa chambre d'hôtel face à l'hôpital où se trouve sa femme prend soudain, la place de Lucie. Pour lui, cette fille qu'il honore, c'est son épouse qu'il qualifie durement de "pute". Il y a un transfert des émotions, des ressentis, c'est un peu une vengeance par personne interposée de l'infidélité de Lucie.

La symbolique du sperme dégoulinant sur le carreau, c'est un peu une façon d'atteindre le corps de Lucie. Comme si cette substance se devait d'être visible sur le carreau de la fenêtre, là où il entrevoit la corps de sa femme étendu sur son lit de souffrance.

La rencontre avec Suzanne, fait évoluer l'histoire parce que l'homme, à travers cette rencontre, cherche à s'éloigner, couper le cordon avec Lucie. C'est un peu une sorte de renaissance, le départ d'une nouvelle vie.

Cette jeune femme est nouvellement séparée de son compagnon. Elle est libre mais ne lui promet rien. Cela lui convient somme toute. Puis vient une nouvelle scène identique à celle de la veille avec la prostituée. L'expression "C'était rectiligne. Comme un pont qui allait jusqu'au lit de ma femme." là aussi le besoin d'atteindre Lucie par ces fenêtres interposées entre ces deux personnes est omniprésent. Cet hôtel doit se trouver très proche de l'hôpital ou le médecin doit avoir une très bonne vue parce que c'est le genre de détail qui demande une observation accrue. Bref, le médecin assiste à cet acte crû. Volonté ou hasard ? La libido du mari est montée à la hausse d'après ce que je lis...est-ce le goût sucré de la vengeance qui lui offre l'opportunité d'honorer sa maîtresse trois fois dans la nuit ?

Cet homme a un comportement douteux. D'un côté il est ravi de retrouver sa maîtresse, lui avoue son intention de demander le divorce, et d'un autre côté, il offre des paroles mielleuses à Lucie. A-t-il un plan en tête ? Perversité de son âme ? :)

J'avoue que les révélations de Lucie sur ce fameux Jean-Paul qui devient son amant parce que son mari ne la regarde plus, ne lui prête plus aucune attention, cela peut, à la limite se comprendre, puis vient Sophie, une expérience sexuelle qu'elle souhaitait tenter. Visiblement Lucie ne savait plus où elle en était pour que le désordre s'invite ainsi dans sa vie :(

Pour couronner le tout, le médecin embrasse sa patiente...Lucie devient l'objet de convoitise de pas mal de monde. Sa vie si monotone prend soudain une toute autre tournure !

"Rien n'est fait pour durer, merde, pourquoi s'acharner à tenter de sauver l'insauvable?" Cette phrase me paraissait importante, parce qu'elle souligne une constatation qu'il ne fait pas bon garder en soi. Aujourd'hui, il est de bon ton de sauvegarder un maximum sa relation, de tout tenter, pour la faire refleurir, mais en même temps, que peut apporter une telle relation dans le futur ? On ne rafait pas du neuf avec du vieux si je puis exprimer la chose ainsi. Si cette démarche est faite pour rester dans le moule et garder sa place au yeux de la société, alors ce sera perdu d'avance, par contre si cela part du sentiment de faire renaître l'amour...alors...mais là encore je ne pense pas que cela fonctionne dans le temps. Le reste d'une vie est très long et souvent un objet recollé ne retrouve jamais sa splendeur originelle.

Le médecin semble tenir à Lucie, puisqu'il lui propose de quitter son mari pour lui. A ce stade de l'histoire, cela devrait contenter tout le monde, mais non...pas lui. Mais que ce médecin prend des risques. Faire l'amour à une patiente dans un hôpital relève quasiment de la folie. Il se met en place une sorte de dualité en Jérémy. Il était prêt à se débarasser de sa femme, mais l'entrée en scène de ce médecin change la donne. Le parallèle entre ces deux couples qui font l'amour en même temps se compare à une compétition, donc Jérémy sort perdant.

Malgré tout, il veut absolument avoir le dernier et décide d'avoir des rapports sexuels avec sa femme, comme pour prendre ce qu'il n'a jamais réussi à prendre. Bien sûr, c'est un fiasco, une atteinte à la virilité de Jérémy et ce dernier va mettre ne place le futur assassinat de Lucie.

Le meurtre se déroule comme il l'avait imaginé et bien entendu le médecin a des soupçons. La police aussi et au final, ce sera Suzanne qui l'encouragera à se livrer aux autoritées.

7 ans pour la vie d'une femme, ce n'est vraiment pas long comme peine, mais dans les tribunaux, l'on se montre assez cléments pour ceux qui ont perpétré des crimes passionnels. Suzanne a tenu parole, je ne l'aurai pas cru.

La dernière phrase de votre histoire est particulièrement parlante !

Pour résumer, votre récit soulève bien des interrogations sur des problèmes de couples comme l'infidélité, le mensonge, la tromperie, la virilité, la vengeance débouchant sur le meurtre passionnel...

C'est un récit qui ne laisse pas indifférent et qui soulève bien des questionnements. Pas mal de ressentis sont inclus dans le récit, des sentiments confus, comme s'ils se devaient d'être traités dans l'urgence. Surprenant...voilà, je cherchais le mot, votre récit est surprenant. Je pense que de temps à autre, il est bon de "provoquer" le lecteur/trice.  C'est une façon de créer un autre lien avec lui/elle et l'emmener sur ses territoires par un autre chemin...

Il n'y a pas à dire, ce fut un parcours assez inhabituel, voire atypique mais qu'il fallait emprunter. Belle continuation dans votre travail d'écriture.

Arakïell






Réponse de l'auteur: Merci encore de ces compliments...J'éprouve un réel plaisir de lire vos commentaires. Ce que je regrette c'est de ne pas vous en faire des aussi constructifs...Votre plume me séduit...Votre poésie je la ressens comme une part d'animalité. Je vais continuer à vous découvrir par vos textes et je sais par avance que je vais en ressentir

Vous devez se connecter (s"inscrire) pour laisser un commentaire.